Viva la Mutuelle Aviva ! - VYV Partenariat
bandeau

Viva la Mutuelle Aviva !

C’est une mutuelle qui n’a pas de nom mais qui ne manque ni de caractère, ni d’une personnalité à part entière. Le rachat d’Aviva France par AEMA (Aesio-Macif) ne change rien pour la Mutuelle et ses personnes protégées. Explications croisées entre son Président, Olivier Bergès, et l’ancien Président et Administrateur de longue date, Olivier Bertaux.

Patrick Lelong : N’avez-vous pas éprouvé comme un séisme la vente d’Aviva France, par Aviva PLC, votre « maison-mère » et redoutez-vous des changements qui vous seraient imposés par AEMA ?

Olivier Bergès : Cette prise de contrôle ne change rien fondamentalement pour nous. Nous sommes une mutuelle qui a toujours été libre et qui le reste. Nous voulions surtout éviter l’éclatement du périmètre Aviva France, car les adhérents de notre mutuelle sont les salariés d’Aviva France, la Macif préservant les métiers et les emplois. Certes, nous n’avons pas eu notre mot à dire dans ce choix, ce n’est pas notre rôle, mais à l’évidence au regard des autres prétendants à la reprise, c’est le meilleur choix qui a été fait pour les salariés. Nous avions toujours été libres avec un assureur, nous le resterons avec une mutuelle. Et nous retrouverons (c’est tout nouveau, cela date du 13 octobre) notre marque « Abeille Assurances » disparue en 2002, comme toutes les autres marques composant le groupe à l’époque, au profit d’un nouveau nom : Aviva, et pour nous, Aviva France !

PL : Vous parlez de la Mutuelle comme de « Notre Mutuelle » sans lui avoir donné un nom, même si par commodité de langage on dit « la Mutuelle Aviva ». Votre Mutuelle est pourtant ancienne …

O. Bertaux : Nous ne connaissons pas exactement la date de sa création. On peut se référer à l’année 1938, date de l’ouverture du compte postal de la Mutuelle car nous n’avons pas d’archives aussi anciennes, malheureusement. Cela fait plus d’un siècle que nous existons au travers des différentes compagnies d’assurances. Aviva est le nom commercial qu’a choisi Commercial Union, après avoir pris le contrôle du groupe Victoire en 1994 (dont l’Abeille, née en 1856 était la composante majeure), puis de General Accident et, enfin, Norwich (entreprise née en 1797) juste avant l’an 2000. Nos liens avec l’Abeille ont conduit à ce que nous n’avons toujours pas de locaux propres ; nous sommes en effet hébergés dans les locaux du groupe, qui nous doit statutairement nos moyens de fonctionnement.

PL : Comment articulez-vous les différents services de votre Mutuelle avec les régimes propres aux compagnies d’assurances ?

O. Bergès : Le niveau de protection est décidé par les partenaires sociaux (l’employeur et les organisations syndicales représentatives), notre mutuelle venant ainsi compléter les prestations décidées par le régime de branche. Autrement dit, les salariés sont soumis au régime de branche et la Mutuelle intervient en « surcomplé-mentaire ». L’affiliation obligatoire se fait au travers du RPP (régime professionnel de prévoyance) et du RAMA (régime d’assurance des allocataires).

PL : Combien protégez-vous de salariés et d’anciens salariés et quelle est la proportion d’actifs et de retraités ?

O. Bertaux : Au 1er janvier, nous comptions environ 8.000 personnes protégées dont 3.000 actifs et 1.500 retraités, les autres étant des ayants droit. Nous avons très peu d’actifs qui nous quittent au moment de prendre leur retraite et il existe plusieurs catégories de retraités selon le régime de base du RAMA complété par la Mutuelle.

PL : Comment est ventilé le versement de la partie employeur et salariés ?

O. Bergès : Pour la part obligatoire, l’employeur assume 60 % de la cotisation et le salarié 40 % au lieu souvent de 50/50. Les ex-salariés adhèrent à titre facultatif et acquittent 100 % de la cotisation. Enfin, les excédents sont investis dans des garanties complémentaires.

PL : En tant que Président, de quoi êtes-vous le plus fier ?

O. Bergès : Notre Mutuelle équilibre ses comptes sans aide extérieure. Notre Conseil d’administration fonctionne bien avec 18 membres bénévoles dont 2 retraités « très actifs ». De plus, nos cotisations demeurent modérées au regard de la bonne couverture fournie.

O. Bertaux : Nous sommes aussi fiers de l’identité (même sans nom) de notre Mutuelle. Concernant les adhérents, un sentiment d’appartenance et un lien charnel nous réunissent avec une grande confiance et une réelle collaboration. La Mutuelle n’a pas d’objectifs commerciaux. Ce sont les partenaires sociaux qui décident du niveau des prestations souhaitées.

PL : Revenons à votre indépendance. Vous avez adhéré à VYV Partenariat avant la reprise d’Aviva par AEMA. Cela pose-t-il un problème ?

O. Bergès : Notre adhésion à VYV Partenariat est une décision souveraine qui n’a dépendu que de nous, sans rien remettre en cause. La collaboration fonctionne bien, tout en nous permettant de rester indépendants.

PL : Une dernière question. Un autre souhait pour la Mutuelle ?

O. Bertaux: Nous souhaiterions un local « à nous ». Actuellement, nous travaillons sur des plateaux mais la nouvelle règlementation nous amène à devoir disposer de bureaux fermés.

Rejoindre VYV Partenariat

VYV Partenariat s’appuie sur son expertise pour vous proposer également des services spécifiques. Les mutuelles adhérentes ont ainsi accès, en fonction de leurs besoins, à des services à la carte, complets et diversifiés. Des experts vous accompagnent pour définir vos besoins et les solutions adaptées.

Contactez-nous